samedi 11 février 2012

René Descartes (1596–1650)

Derrière ces cheveux et ce scalp se trouve un crâne.
René Descartes, penseur français dont les écrits ont bouleversé la façon d'aborder la philosophie, et éventuellement la science, voire même la politique et la religion, est mort il y a exactement 352 ans. On dit qu'il avait hésité à se rendre à Stockholm, mais que la reine Christine et l'ambassadeur Pierre Chanut l'en auraient convaincu. Eh bien, il avait raison de se méfier. La Suède est froide, et une pneumonie emporta Descartes le 11 février 1650.

Il fut enterré discrètement dans un cimetière catholique de la capitale suédoise, et bien que cet enterrement ait marqué la fin de la vie du philosophe, ce fut également là le début d'une longue et fascinante histoire.


Seize ans plus tard, le gouvernement français entreprit de rapatrier le corps, une aventure qui allait s'avérer encore plus complexe qu'elle le semblait déjà. E
n effet : pourquoi diable manquait-il tant de morceaux du squelette quand on en fit éventuellement l'inventaire, à quelques reprises au cours des siècles suivants? La pièce manquante la plus troublante sautait aux yeux : le crâne avait disparu.

Que s'était-il passé entre la mort des Descartes et son enterrement? Où et comment, durant son rapatriement, avait-on pu littéralement perdre la tête? Les pillages du temps de la Révolution, qui ont vu de nombreuses sépultures violées à Paris, auraient-ils eu quelque chose à y voir?


Les réponses se trouvent dans un livre brillant écrit par Russell Shorto. Intrigué par le mystère du squelette de Descartes, ce journaliste new yorkais a fait le voyage en Europe afin de tenter de retrouver où avaient bien pu se cacher les os disparus. Le livre aborde les aspects philosophiques, politiques, religieux, scientifiques et sociaux des époques qui se sont succédées en France depuis le milieu du dix-septième siècle. L'habileté de l'auteur est remarquable, et on dévore ce livre comme un roman d'enquête.


Descartes' Bones coûte presque rien sur Amazon. Profitez-en, c'est terriblement enrichissant.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire