samedi 3 janvier 2009

Nizar Rayan (...-2008)

Ce haut dirigeant du Hamas a été tué le 2 janvier lorsque l'aviation israélienne a jeté sur sa maison une bombe d'une tonne. Selon les informations recueillies (NY Times), l'explosion aurait tué quatre de ses femmes et neuf de ses fils, en plus de détruire sa maison. Voyez la photo du jour sur le blogue de Richard Hétu, de la Presse.

Ceci m'amène à signaler que personne n'avait choisi Nizar Rayan dans sa liste, mais quatre autres individus proches du Hamas ont été condamnés dans cette édition du pool nécroludique. Je suis loin d'être un expert, mais je vais tenter de vous les présenter.

Mahmoud al-Zahar est ministre des affaires étrangères et fait partie de la direction de l'organisation depuis 1989. Il a aussi perdu deux fils aux mains des forces israéliennes. Il refuse de reconnaître l'État hébreu, mais croit à la possibilité d'une trêve à long terme. Ismaïl Haniyeah, quant à lui, continue d'exercer son rôle de premier ministre de l'autorité palestinienne dans la Bande de Gaza, bien qu'il ait été déchu de cette fonction par le président Mahmoud Abbas. Il est donc un des leader principaux du Hamas et bon nombre de Palestiniens respectent toujours son autorité. Khaled Mechaal est un autre dirigeant du Hamas, qui opère à partir de Damas, en Syrie, suite à son expulsion de la Jordanie en 1999. Sa priorité est la création d'un État palestinien, et non simplement la destruction d'Israël, dont il reconnaît indirectement l'existence. Finalement, Moushir al-Masri est le chef du groupe parlementaire du Hamas.

Iront-ils rejoindre Nizar Rayan bientôt? Il y a de quoi penser qu'ils doivent être un peu stressés.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire