samedi 18 janvier 2014

Hirō Onoda (1922–2014) #288

Po-po-po-po-poker face.
Hirō Onoda, un soldat de l'armée japonaise qui a combattu dans la Deuxième Guerre mondiale jusqu'en 1974, est mort ce 16 janvier.

Oui, jusqu'en 1974...

Si on oublie un instant que les Japonais étaient du bord des Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, la vie de Hirō Onoda est l'une des plus fascinantes. Le Japonais né en 1922 se bat contre les Alliés durant la guerre 39-45 et se retrouve en décembre 1944 aux Philippines avec 21 compagnons d'armes. On connaît la suite, qui ne tarde pas à venir: les bombes atomiques, la capitulation du Japon, la victoire des Alliés... le monde panse ses blessures et tente de reprendre une vie normale après 6 ans de guerre.

Pas Onoda. Il reste caché sur l'île de Lubang, aux Philippines. Pour lui, la guerre n'est pas finie et pas question de se rendre. Au fil des ans, la plupart de ses compagnons acceptent la défaite et regagnent la civilisation, peut-être un peu soulagés, finalement. D'autres périssent. Pas Onoda, convaincu que rien de spécial n'est arrivé depuis 1944. Lorsqu'on envoie des gens à sa recherche, il n'y voit que des ruses pour le piéger et il leur tire dessus, en tuant plusieurs.

En 1974, alors qu'Onoda a été déclaré légalement mort depuis 15 ans au Japon mais est toujours bien vivant, un jeune hippie japonais part à la recherche «du lieutenant Onoda, d'un panda et du Yéti, dans cet ordre». Il trouve le premier sur sa liste de choses à faire et a la chance de ne pas être accueilli par des coups de feu. Mais le soldat, s'il veut bien écouter l'étudiant, ne le croit pas pour autant et promet qu'il ne s'avouera pas vaincu tant que son pays ne lui confirmera pas la défaite. Un officier de l'armée japonaise est alors envoyé aux Philippines, et 29 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Hirō Onoda quitte la jungle vêtu du même uniforme qu'il portait 3 décennies plus tôt, remet officiellement son épée et son arme à feu, et rentre chez lui. 

Une fois au Japon, Onoda est un peu beaucoup emmerdé par l'attention dont il est l'objet et déménage au Brésil. Il est mort cette semaine à 91 ans.

Fred marque ses 9 premiers points de l'année.

Wiki | New York Times

Aucun commentaire :

Publier un commentaire