lundi 3 décembre 2012

Lucille Bliss (1916–2012)

La Schtroumpfette.
Le 8 novembre 2012 est décédée la comédienne new-yorkaise Lucille Bliss. Elle avait 96 ans. Nous nous arrêterons brièvement sur un moment fort de sa carrière, puis nous survolerons l'histoire d'un personnage célèbre qu'interpréta Lucille Bliss, et nous terminerons par le profil d'une joueuse du Pool nécroludique.

De 1981 à 1989, la chaîne de télévision NBC diffusa la série de dessins animés The Smurfs, adaptation de la série belge Les Schtroumpfs, elle-même dérivée des bande dessinées du même nom produites par le dessinateur Peyo depuis le début des années 1960. Pour toute la durée de la série, c'est Lucille Bliss qui prêta sa voix à la Schtroumpfette, principal personnage féminin de l'univers des Schtroumpfs.


Ce personnage connut une entrée en scène pour le moins étonnante. C'est le sorcier Gargamel, ennemi juré des Schtroumpfs, qui un jour la créa et l'envoya en mission dans le village de ces petits êtres bleus afin de semer la bisbille. Car évidemment, chacun sait que l'ajout d'un personnage féminin à un groupe entièrement masculin est de nature à foutre le bordel... À son arrivée, elle se montra insupportable et capricieuse envers ses hôtes, au point où ceux-ci cherchèrent à faire en sorte qu'elle quitte le village. Ils n'y allèrent pas par quatre chemins : par la ruse, ils finirent par lui faire croire — drame parmi les drames! — qu'elle avait pris du poids... Elle craqua.


Il faut comprendre qu'à son arrivée, la Schtroumpfette ne possédait pas encore l'apparence qu'on lui connaît aujourd'hui. Ses cheveux, noirs, courts et raides, son long nez et sa silhouette, qu'on lui avait fait croire disgracieuse, la poussèrent au désespoir. Magnanime, le Grand Schtroumpf vint à son secours. Grâce à la magie de la «chirurgie esthétischtroumpf», elle devint l'élégante grande blonde que l'on connaît. Loin de faire acte d'humilité, la nouvelle Schtroumpfette demeura détestable et profita de son charme nouveau pour obtenir que chacun des Schtroumpfs se plie au moindre de ses caprices.


Bannie du village, puis revenue plus tard dans la série, sa domination s'estompa et elle finit tout de même par s'intégrer au monde des Schtroumpfs. Si bien que la Schtroumpfette joua un rôle dans le film paru en 2011. C'est cependant la chanteuse Katy Perry, et non Lucille Bliss, qui lui prêta sa voix en anglais. La version française québécoise mettait en vedette Marie-Mai, tandis que c'est vers Béatrice Martin que se tournèrent les producteurs de la version française européenne.


Revenons-en à Lucille Bliss. Elle ne fut l'objet que d'une seule sélection, en 2011.


C'est Pier-Anne qui l'avait choisie, elle qui accumula les nominations d'acteurs et d'actrices nonagénaires au cours des ses deux saisons de participation au Pool nécroludique. En 2010 et 2011, elle fit respectivement trois et sept victimes, obtenant ainsi le prix Emmental cette dernière année — prix remis au joueur ayant fait le plus grand nombres de victimes en une saison. Étant donné l'âge avancé de ses victimes, Pier-Anne possède aussi le rapport de points (40) par victime (10) le plus bas de tous les temps, tout en étant la seule joueuse ayant emporté le prix Emmental sans également remporter la victoire pour l'année en cours. Qui plus est, malgré ce score impressionnant, elle termina au dernier rang parmi tous ceux qui avaient marqué en 2011, avec 20 points.


Naturellement, ce n'est pas très glorieux dans les paramètres de cette compétition, mais ça demeure un exploit digne de mention.


Comme la Schtroumpfette, cette joueuse qui ne participe pas en 2012 est une jolie blonde sachant bien s'entourer. Bien qu'elle soit loin d'être aussi chiante que le personnage féminin bleu dont il est question, ces similitudes n'ont eu d'autre choix que de s'imposer lors de la rédaction de ce billet.


Et comme la Schtroumpfette d'origine, Pier-Anne parle français. Elle ne parle pas le schtroumpf.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire