jeudi 8 mars 2012

Martha Beck (1920–1951)

Le couple du jour.
Quiconque a déjà eu l'habitude de prendre l'autobus a aperçu cette personne qui s'assoit toujours dans le premier siège à l'entrée de l'autobus et qui jase avec le chauffeur. Elle pourrait être, par exemple, une femme dans la vingtaine, résolument corpulente, brisée étant gamine par d'incessants quolibets au sujet de son poids puis agressée sexuellement par son frère à l'âge de treize ans, la laissant dans un état de détresse psychologique seulement consolidé par son relatif échec professionnel, son diplôme d'infirmière ne lui ayant permis que de devenir l'assistante d'un entrepreneur de pompes funèbres.

Elle préparerait les corps avant les funérailles. On serait dans les années 1940.


Éventuellement, elle commencerait à fréquenter un chauffeur d'autobus qui s'enfuirait en apprenant qu'elle serait tombée enceinte, et souhaitant éviter la disgrâce d'accoucher d'un bâtard, elle inventerait une histoire selon laquelle son époux serait parti faire la guerre en Corée. Hélas! Elle recevrait bientôt un télégramme lui apprenant la mort au combat du père de son enfant — désormais légitime, pour peu qu'on ne remarque pas que l'expéditrice de la missive aurait été la même personne que sa destinataire...


Après un second idylle avec un autre chauffeur d'autobus, qu'elle aurait cette fois épousé, mais qui aurait aussi pris ses jambes à son cou alors qu'un autre enfant aurait été en route, elle aurait succombé au charme des lettres reçues d'un certain Raymond Fernandez, qu'elle aurait rencontré par le biais des petites annonces.


Si on était à Pensacola, en Floride, en 1947, cette jeune femme serait Martha Beck.


Après la période de séduction par courrier, Fernandez la rejoignit dans le sud et ils devinrent amants. Toutefois, cet homme avait la perverse habitude de séduire des femmes rencontrées par le moyen des petites annonces afin de les dépouiller de leur argent. Constatant que ce filon ne lui rapporterait aucune richesse, Martha Beck étant loin d'être fortunée, le bandit retourna chez lui, à New York. Mais il n'était pas question qu'elle se laisse ainsi faire une troisième fois, et elle le suivit, s'imposant dans la maison de celui qui l'accepta rapidement, impressionné par son audace, et qui lui confessa même son méprisable hobby.


Contre toute attente, loin d'en être choquée, elle se joignit à lui dans la commission de nombreux larcins. Il écrivait des mots doux à des femmes trouvées dans les annonces, après quoi une fréquentation s'établissait, Martha jouant la sœur de Raymond. Parfois il allait jusqu'à se marier, puis la victime était ruinée, et bien souvent, elle en payait même de sa vie.


C'est que madame Beck digérait mal que son mec se rapproche de ces dames. Dans un cas connu, elle acheva l'une d'entre elles à coups de marteau dans une crise de jalousie. Dans un autre, une femme du Michigan fut abattue d'un coup de feu à la tête dans son sommeil, et ne supportant pas les cris du jeune enfant de celle-ci, Martha le noya dans une bassine d'eau sale.


Le couple fut finalement accusé de ces trois meurtres, et fortement soupçonné de dix-sept autres. Lors de son interrogatoire, Raymond Fernandez accepta d'avouer les derniers meurtres survenus au Michigan, souhaitant ainsi éviter la peine de mort, qui n'était pas appliquée dans cet État. Son plan ne fonctionna cependant pas comme prévu, et ils furent déportés vers l'État de New York, où on les reconnut promptement coupables de meurtre au premier degré.


Ils furent exécutés la même journée, le 8 mars 1951, sur la chaise électrique de la prison de Sing Sing, à New York.



*       *       *


Le film Lonely Hearts, de Todd Robinson, paru en 2006, est inspiré de l'histoire de Raymond Fernandez et de Martha Beck. Mais sérieusement... Salma Hayek dans le rôle de la femme obèse? Distribution de champion.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire