lundi 31 octobre 2011

Harry Houdini (1874–1926)

Un peu comme un James Randi du tournant du vingtième siècle, Harry Houdini, en plus d'être un illustre prestidigitateur, s'appliquait à débusquer les adeptes du spiritisme et autre médiums, exposant leurs trucs un peu partout aux États-Unis. De même, sans tout dévoiler les méthodes employées pour réaliser ses exploits, dont le plus célèbre doit être celui de s'échapper d'une boîte remplie d'eau où il était enchaîné, il laissait généralement son public savoir qu'il n'y avait rien de magique à tout cela et qu'il s'agissait plutôt d'illusions.

On dit que cette approche réaliste eut raison de l'amitié qui le liait à Arthur Conan Doyle, le créateur du détective Sherlock Holmes, qui croyait dur comme fer que Houdini possédait vraiment des pouvoirs paranormaux... Comment Conan Doyle a-t-il pu inventer l'un des personnages les plus logiques et pragmatiques de l'histoire de la littérature alors qu'il croyait lui-même aux fées et au spiritisme?


Pour en revenir au magicien Houdini, abordons la question toujours un peu particulière de la cause de sa mort. Le premier épisode de cette histoire se déroula le 22 octobre 1926 à Montréal, plus précisément au Théâtre Princess, aujourd'hui devenu le cinéma Parisien. Sachant que l'un des tours de Houdini consistait à inviter un membre de son public à lui lancer un coup de poing au ventre pour démontrer son invincibilité, un étudiant de l'université McGill lui envoya une série de coups sur l'estomac avant qu'il ait pu se préparer à les recevoir, sans avertissement.


Plus tard le même jour, Houdini se plaignit de douleurs au ventre, ce qui est fort compréhensible dans le contexte. Il mourut à Détroit, le jour de l'Halloween, d'une péritonite provoquée par une rupture de l'appendice. On a cru que l'incident de Montréal pouvait avoir eu un rôle à jouer dans son funeste sort, mais d'autres sources d'information indiquent que ses douleurs au ventre pourraient avoir commencé bien avant le 22 octobre.


La veuve de l'illusionniste tint des séances chaque année pendant dix ans le jour de sa mort, espérant que l'esprit du défunt revienne, ce qui ne se produisit évidemment pas. Aujourd'hui, des magiciens d'un peu partout dans le monde continuent de perpétuer cette tradition à l'Halloween.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire