samedi 2 juin 2012

Moubarak : comment savoir ce qui se passe?

Que croire, qui croire... Il n'a pas l'air si mal, non?
Avertissement : Le texte qui suit comporte une bonne dose de déductions gratuites et de raccourcis faciles. Le propos, une fois n'est pas coutume, ne se situe pas dans les détails. En somme, c'est la question posée à la toute fin qui nous intéresse. Merci de votre compréhension.

C'est déjà assez compliqué d'obtenir de l'information juste et pertinente sur ce qui se produit ici même à Montréal, la plupart des grands médias faisant trop souvent preuve d'un biais manifeste et les petits médias ne se montrant pas nécessairement toujours plus crédibles, imaginez essayer de comprendre ce qui se produit dans l'univers fascinant du président égyptien déchu, Hosni Moubarak, à 8700 kilomètres d'ici.


Depuis sa chute, le 11 février 2011, il semble que le pauvre bougre n'en finisse plus d'être à l'article de la mort, pour toute une panoplie de raisons. À la suite de sa retraite dans la ville de Charm el-Cheikh, qui a suivi sa démission forcée, l'état de santé de l'ancien président a fait l'objet de plusieurs rumeurs.


On a évoqué la présence potentielle d'un cancer de l'estomac, hypothèse s'appuyant peut-être sur des informations selon lesquelles il aurait été opéré à la vésicule biliaire en Allemagne l'année précédente. Si les sources divergent aujourd'hui quant à ce qui lui est bel et bien arrivé, certains affirmant qu'il aurait eu un infarctus lors d'un interrogatoire suivant son abdication, d'autres l'accusant d'avoir joué la comédie, il semble que le bruit persistant à l'époque, qui le plaçait dans un coma, ait été nettement exagéré.


Toute cette confusion a mené quatorze joueurs du pool de cette année, soit plus d'un joueur sur cinq cette année, à le sélectionner pour 2012. Notons que Moubarak n'avait cumulé, de 2007 à 2011 que sept sélections au total.


Et maintenant qu'on l'a vu durant tout son procès allongé sur une civière, nous sommes encore loin de savoir à quoi nous en tenir. Selon certains, il aurait de nouveau eu une quelconque forme de malaise dans l'hélicoptère qui le menait de la cour à la prison, alors que selon d'autres, il aurait simplement refusé de collaborer en pleurnichant, avant de se livrer une fois de plus à une théâtrale défaillance. Au final, il serait à l'hôpital plutôt qu'en prison, ce qui est probablement plus confortable, quelle que soit sa condition.


Pour ajouter à ce feuilleton, on dirait qu'absolument personne n'est satisfait de la sentence d'emprisonnement à vie qui lui a été imposée. De son côté, il compte porter la cause en appel afin de réduire la sentence, alors que du côté de ses opposant, en particulier celui des Frères musulmans, on demande une révision en espérant qu'il soit condamné à être pendu.


Sans lui souhaiter de malheur, ce dernier rebondissement mettrait au moins un terme à toute spéculation quant à sa santé...


Trêve de plaisanteries douteuses, soyez les bienvenus de nous aider à y voir plus clair si vous savez à quelles sources il est préférable de se fier pour savoir ce qui se produit en Égypte. Est-ce même possible d'envisager obtenir des informations fiables?

Aucun commentaire :

Publier un commentaire