mardi 8 mars 2011

Parlons de peine de mort

Naturellement, pool de la mort et peine de mort pourraient potentiellement marcher main dans la main. Les condamnés à mort connaissent généralement la date prévue de leur exécution quelques semaines à l'avance. Comme ces dates sont rendues publiques, il suffirait de s'en emparer en décembre, et paf! avant la fin janvier, on aurait gagné le pool pour l'année.

Mais il y a une raison pour laquelle on ne fait pas ça.


En 2005, un joueur avait établi sa liste tel que décrit dans le paragraphe précédent. Nous avons dû intervenir et la déclarer invalide car presque aucun de ses condamnés n'avait la moindre notoriété à l'extérieur du fait d'avoir été condamné à mort. D'où la précision de cette règle :


«[Les condamnés] doivent être connus avant leur mort, et non pas seulement parce qu'ils sont morts (exemple : des condamnés à la peine capitale, des gens inconnus qui meurent dans des accidents d'auto, etc.). Dans le cas des condamnés à mort, s'ils ont une certaine notoriété avant leur condamnation, il n'est tout de même pas interdit de les choisir.»


On apprend aujourd'hui que Hank Skinner, condamné à mort en 1993 au Texas pour le meurtre de sa copine et des deux enfants de cette dernière. Il a toujours nié avoir commis les crimes qu'on lui reproche, et la Cour Suprême des États-Unis vient de lui accorder que des tests d'ADN soient réalisés afin de vérifier s'il ne serait pas, par hasard, véritablement innocent.


Vous pouvez consulter ce site web, élaboré par des militants pour sa libération, où son cas est décrit avec un biais évident et compréhensible. Il semblerait qu'il ait été dans un état d'intoxication comateuse au moment où la brutale agression a eu lieu. L'oncle de la femme, aujourd'hui décédé, serait le principal suspect, selon cette thèse.


Ce n'est pas la défense la plus élégante que d'affirmer avoir trop bu et trop ingéré de codéine pour avoir été en mesure de commettre un triple meurtre, mais dans le contexte, si c'est vrai, ce mec a été en prison pendant plus de quinze ans pour rien.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire